| Accueil | Actualités | En cours |

Conteneurs et vélos

En 1997, l’association Partage envoyait un premier conteneur de 40 pieds (12 mètres de longueur), à destination de Ouagadougou. Il contenait 500 vélos et 30 colis de manuels scolaires. Depuis 19 autres ont suivi.

Cette activité a démarré suite à une demande pressante d’amis burkinabés qui nous ont fait comprendre qu’au Burkina-Faso, posséder un vélo c’est l’espoir et le rêve de tous ceux qui vivent en brousse. En effet, il faut plusieurs années d’économies à une famille rurale pour envisager l’achat d’une bicyclette et en 1997, rares étaient les familles qui en possédaient une.

Nous avons donc lancé des opérations de collecte de vélos usagés pour les envoyer au Burkina Faso où il existe un marché actif du vélo d’occasion. Les vélos collectés sont démontés pour l’envoi car si un conteneur peut contenir un peu plus de 500 engins ainsi préparés, c’est seulement 300 vélos entiers qu’il peut accueillir. Ce travail préparatoire implique environ 300 heures de travail par envoi.

Vélos démontés prêts à l’expédition Vélos démontés prêts à l’expédition.

Au Burkina, le matériel est remonté, remis en état et vendu à un prix social par une cellule de quelques personnes qui trouvent ainsi un emploi temporaire à chaque arrivée de conteneur. Le produit de la vente des vélos couvre le coût de leur remise en état, salaires et matériel, ainsi que le remboursement partiel des frais d’expédition. A ce jour, au travers des 18 envois de conteneurs, plus de 6 000 bicyclettes et prés de 2000 colis de matériels divers, ont été acheminés au Burkina-Faso.

Au fur et à mesure des envois la teneur des cargaisons a évoluée avec une diminution du nombre des vélos, 350 par envoi, et une augmentation sensible de celui des colis qui avoisine les 200 unités par conteneur. Ils contiennent essentiellement du matériel scolaire, des livres de bibliothèque, des vêtements et de la layette, des machines à coudre, du matériel informatique, etc… Le cheminement, le plus habituel, est routier jusqu’à Anvers, maritime entre Anvers et Abidjan, par voie ferrée à travers la Côte d’Ivoire et le Burkina-Faso, jusqu’à Ouagadougou.

Actuellement, le coût du transport s’élève à environ 200 € par mètre cube, hors frais administratifs et de gestion à l’arrivée.

Colis en attente de chargement Colis en attente de chargement.

Le dernier envoi, départ du 19 décembre 2011, contenait :